Libreville, le |




Prise en charge

Malades mentaux errants : le Gabon peut-il juguler le phénomène ?

Malades mentaux errants : le Gabon peut-il juguler le phénomène ? © 2020 D.R./GabonSoir

Avec le retour des malades mentaux au Centre national de Santé mentale (CNSM) ces derniers jours, l’autre souci à résoudre sera le maintien de l’espérance ainsi suscitée. Tout doit être mis en œuvre pour éviter que l’établissement connaisse des ruptures de fonctionnement qui vont, à nouveau, jeter ces pensionnaires dans les rues.

On ne le sait que trop : la lente, progressive et, finalement, irréversible agonie du CNSM n’était que l’épilogue d’un nombre sans cesse croissant de problèmes financiers. Ceux-ci ont connu une ampleur qui a conduit les autorités au réalisme « qu’à l’allure où vont les choses dans cette structure, un coup d’arrêt devenait la meilleure alternative ».

Sauf qu’en fait d’alternative, celle consistant à sa fermeture n’était pas la plus indiquée au regard des conséquences sociales induites par cette décision. Il appert donc que si le ministre de la Santé prend à bras-le-corps cette préoccupation sociale majeure, sans doute que sa réflexion a-t-elle cerné tous les contours d’un sujet aux multiples incidences. Il faut impérativement des moyens financiers conséquents.

Reconsidérer la situation déplorable du CNSM afin qu’il accueille à nouveau ses pensionnaires, avec l’espoir que ces derniers réintègrent la société, nantis de toutes leurs facultés, est un vœu ardent.

Rédaction GabonSoir