Libreville, le




Assemblée générale

Les dirigeants mondiaux discutent d’un avenir plus sain pour tous : cinq choses que vous devez savoir

Les dirigeants mondiaux discutent d’un avenir plus sain pour tous : cinq choses que vous devez savoir © 2023 D.R./GabonSoir

Quelque 4,5 milliards de personnes, soit plus de la moitié de la population mondiale, n’ont pas suffisamment accès aux services de santé essentiels, un problème que les dirigeants du monde et les ministres du monde entier aborderont lors d’une série de réunions de haut niveau liées à la santé à l’ONU. cette semaine.

Sans santé, le monde est gravement entravé dans sa course à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de ses 17 objectifs. La 78e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui s’est récemment ouverte, vise à changer cela.

À l’ordre du jour figure une nouvelle stratégie mondiale visant à prévenir, préparer et répondre aux futures pandémies, dans la foulée des dures leçons tirées de la pandémie de COVID-19 en 2020. Des accords internationaux sont également en préparation pour lutter contre l’épidémie mondiale de tuberculose et promouvoir une couverture sanitaire universelle pour tous.

« Nous vivons dans un monde caractérisé par de nombreuses priorités concurrentes, mais nous devons maintenir l’attention des dirigeants mondiaux sur la santé en tant que fondement du développement durable », a déclaré le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé ( OMS ), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Voici les cinq principales choses à savoir sur les réunions ministérielles sur la santé de l’AGNU 78 :

1. Le nouvel accord sur la pandémie va au-delà du COVID-19

Bien avant que la pandémie de COVID-19 ne paralyse le monde, l’agence sanitaire des Nations Unies élaborait des moyens innovants pour gérer les épidémies mondiales de maladies et de virus mortels. Quelques mois seulement avant le confinement mondial dû au nouveau coronavirus en mars 2020, l’OMS discutait d’une stratégie internationale. Aujourd’hui, un nouvel accord sur les pandémies est soumis au monde entier à l’AGNU 78.

Comme les nations du monde entier l’ont douloureusement appris, aucun pays n’est à l’abri d’un virus mortel à propagation rapide qui pousse les systèmes de santé à leurs limites, tue plus de 6 millions de personnes et fait reculer de plusieurs décennies les progrès en matière de développement.

Pour l’avenir, l’objectif est de rendre le monde plus sûr en le protégeant des épidémies mondiales et en consolidant des plans de réponse efficaces pour les générations actuelle et future.

Les nations ont négocié un projet de déclaration que les dirigeants du monde devraient adopter lors d’une réunion de haut niveau le 22 septembre.

2. Des soins de santé pour tous

De nombreux pays dotés des systèmes de soins médicaux les plus avancés ont été surpris par la COVID-19 en raison de leur manque historique d’investissement dans les soins de santé primaires, selon le chef de l’OMS.

Le 21 septembre, les ministres se réuniront au siège des Nations Unies pour une réunion de haut niveau sur la couverture sanitaire universelle.

Passant en revue une série d’objectifs de développement durable (ODD), le chef de l’OMS a estimé qu’il était logique de fournir une couverture sanitaire universelle.

Il a déclaré que des soins de santé primaires solides (objectif 3) nécessitent des investissements à long terme dans les travailleurs de la santé et des soins, et en particulier dans des conditions de travail décentes (objectif 8). De plus, l’investissement dans l’éducation (objectif 4) doit être adapté aux emplois et aux carrières, avec des salaires et des incitations adaptés, a-t-il ajouté.

Étant donné que les deux tiers du personnel de santé et de soins dans le monde sont des femmes, il a souligné que les investissements dans le personnel de santé et de soins peuvent également faire progresser l’égalité des sexes (objectif 5).

Le projet de déclaration politique qui devrait être adopté jeudi vise un résultat principal : une population en meilleure santé.

3. Clinique de santé ODD 3

La chorale Global Scrubs du Royal Melbourne Hospital en Australie se produit à la clinique de santé ODD 3 au siège de l’ONU.

Tandis que les diplomates débattent des défis mondiaux au siège de l’ONU, l’agence de santé des Nations Unies, l’OMS, a créé la clinique de santé ODD 3, sans rendez-vous.

La chorale Global Scrubs, composée du personnel en première ligne du Royal Melbourne Hospital, se produit en direct à la clinique de santé ODD 3 gérée par l’OMS pendant la semaine de haut niveau de la 78e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Les visiteurs peuvent s’asseoir sur un banc d’amitié et expliquer au personnel de la clinique pourquoi la santé mentale est importante pour eux. Après tout, la santé n’est pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité, mais un état de bien-être physique, mental et social complet.

Envie d’une musicothérapie ? La chorale Global Scrubs se produira tous les jours de 8h00 à 8h45.

4. Faire entrer dans l’histoire une épidémie de tuberculose vieille de 30 ans

Un dialogue de haut niveau, le 22 septembre, vise à intensifier les efforts mondiaux pour enfin mettre fin à une épidémie de tuberculose (TB) qui dure depuis plusieurs décennies et qui reste une cause importante de décès dans le monde.

Cette maladie évitable et curable touche de manière disproportionnée les pays en développement, et un quart de la population mondiale est infecté par la bactérie à l’origine de la maladie. En 2021, on estime que 10,6 millions de personnes ont contracté la tuberculose et qu’environ 1,6 million de personnes en sont mortes.

Trente ans après que l’OMS l’a déclarée urgence mondiale, l’épidémie constitue toujours un défi crucial dans toutes les régions et touche tous les pays du monde. Chaque année, des millions de personnes atteintes de tuberculose ne bénéficient pas de soins de qualité, notamment d’un accès à des tests de diagnostic et à des traitements abordables, en particulier dans les pays en développement, selon l’OMS.

L’adoption du projet de déclaration politique signifie que les nations s’engageraient à prendre un ensemble d’actions pour changer rapidement cette situation.

Retrouvez le programme et la liste des intervenants attendus à la réunion de haut niveauici (en anglais).

5. Plan d’action mondial

L’OMS a établi le Plan d’action mondial pour une vie saine et le bien-être pour tous, également connu sous le nom de « ODD 3 GAP », en 2019, réunissant 13 agences multilatérales de santé, de développement et d’assistance humanitaire à travers le monde. Malgré les défis croissants posés par la pandémie de COVID-19, elles ont réalisé des progrès durement gagnés, en présentant leurs réussites au Sommet des ODD dans le but d’aider.

L’objectif est simple : aider les pays à accélérer les progrès vers les ODD liés à la santé. Ensemble, ils mènent des actions conjointes et fournissent un soutien plus coordonné et plus aligné aux plans et stratégies nationaux pris en charge et dirigés par les pays.

« Ces dernières années, nous avons vécu une véritable tempête : la COVID-19, le changement climatique, les conflits et autres crises menacent les progrès réalisés au cours des 20 dernières années  », a déclaré Peter Sands, Directeur exécutif du Fonds mondial. pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui fait partie du réseau mondial.

« Nous pouvons maintenir et même accélérer les progrès si nous travaillons ensemble pour relever les défis sanitaires les plus aigus et construire des systèmes de santé plus solides et plus résilients, mais il est essentiel que, ce faisant, nous affrontions les inégalités sanitaires profondes et généralisées entre les pays et au sein de ceux-ci. »

Gabon Matin