Libreville, le |




Flagrant délit

Opération scorpion : Justin Ndoundangoye voulait fuir en France !

Opération scorpion : Justin Ndoundangoye voulait fuir en France ! © 2019 D.R./GabonSoir

On en sait désormais un peu plus sur l’affaire de délit de fuite présumé de l’ancien ministre gabonais Justin Ndoundangoye. Empêché par la police de quitter le territoire gabonais samedi alors qu’il voulait se rendre en avion au Congo, « Okulu la solution » comme l’appelle ses soutiens, ne voulait pas s’arrêter en si bon chemin. Le bras droit de Brice Laccruche Alihanga prévoyait même de se faire la malle en France !

Le député Justin Ndoundangoye qui doit être entendu par la justice gabonaise dans le cadre de l’opération scorpion, a décidément plus d’un tour dans son sac. Alors que les gendarmes de la Direction générale des recherches (DGR) ont du le sortir samedi à Port-Gentil du vol qu’il voulait emprunter pour Pointe-Noire, le proche de Brice Laccruche Alihanga qui voulait certainement fuir la justice de son pays, a été bloqué dans son élan.

Le député après son éjection de l’avion samedi à l’aéroport de Port-Gentil

Selon les informations du quotidien pro-gouvernemental l’Union, le député de la commune de Franceville avait déjà prévu de prendre un vol pour la France via le Congo. Il aurait ainsi tenter de brouiller les pistes en se rendant d’abord à Port-Gentil avant de mettre en place son plan d’évasion pour le France. Un manège habile pour fuir la colère de la justice qui s’acharne sur les membres de l’AJEV et sur les proches de Brice Laccruche Alihanga dont fait partie le député du 2e arrondissement de Franceville, viré du gouvernement pour justement répondre de ces accusations devant la justice.

On peut donc saluer la dextérité des gendarmes qui ont du recourir à la force pour le sortir de ce vol qu’il avait pris pour quitter le Gabon. Pourtant Justin Ndoundangoye affirme toujours n’avoir rien à se reprocher dans ce scandale de corruption qui ébranle l’actualité gabonaise ces dernières semaines. Ce, d’autant que le député qui jouis de son immunité parlementaire, a été convoqué à une audition pour être entendu dans ce vaste réseau de corruption et blanchiment de capitaux en bande organisée.

Rédaction GabonSoir