Libreville, le |




Maladie

Un cas de poliovirus sauvage confirmé au Mozambique par l’OMS

Un cas de poliovirus sauvage confirmé au Mozambique par l’OMS © 2022 D.R./GabonSoir

Les autorités sanitaires du Mozambique ont déclaré cette semaine une épidémie de poliovirus sauvage de type 1 après avoir confirmé qu’un enfant de la province de Tete, dans le nord-est du pays, avait contracté la maladie. Il s’agit du deuxième cas importé de poliovirus sauvage en Afrique australe cette année, après une épidémie au Malawi à la mi-février.

« La détection d’un autre cas de poliovirus sauvage en Afrique est très préoccupante, même si elle n’est pas surprenante compte tenu de la récente épidémie au Malawi. Cependant, elle montre à quel point ce virus est dangereux et la rapidité avec laquelle il peut se propager  », a déclaré la Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, Dre Matshidiso Moeti.

Une souche qui avait circulé au Pakistan en 2019

Jusqu’à présent, un seul cas a été détecté au Mozambique, le premier du pays depuis 1992.

Le virus a été découvert chez un enfant qui a commencé à présenter des signes de paralysie à la fin du mois de mars. L’analyse du séquençage génomique indique que le cas nouvellement confirmé est lié à une souche qui avait circulé au Pakistan en 2019, similaire au cas signalé au Malawi plus tôt cette année.

Le cas au Mozambique et le précédent au Malawi n’affectent pas la certification de l’Afrique déclarée exempte de poliovirus sauvage, car la souche du virus n’est pas indigène. L’Afrique a été certifiée exempte de poliovirus sauvage indigène en août 2020 après avoir éliminé toutes les formes de poliovirus sauvage de la région.

Intensifier la lutte contre la polio

L’ OMS appelle les gouvernements à intensifier la lutte contre la polio et compte les soutenir.

« Nous soutenons les gouvernements d’Afrique australe pour qu’ils intensifient la lutte contre la polio, notamment en menant des campagnes de vaccination efficaces et à grande échelle pour stopper le virus et protéger les enfants de ses effets néfastes », a ajouté Dr Moeti.

Des investigations complémentaires sont en cours au Mozambique pour déterminer l’ampleur du risque que représente le nouveau cas de poliovirus sauvage et les interventions nécessaires à cibler.

Les analyses préliminaires des échantillons prélevés sur trois contacts du cas nouvellement détecté se sont toutes révélées négatives pour le poliovirus sauvage de type 1.

Le Mozambique a récemment mené deux campagnes de vaccination de masse - en réponse à l’épidémie du Malawi - au cours desquelles 4,2 millions d’enfants ont été vaccinés contre la maladie.

Des efforts sont actuellement déployés pour aider à renforcer la surveillance de la maladie au Malawi, au Mozambique, en Tanzanie, en Zambie et au Zimbabwe. Les cinq pays vont poursuivre les vaccinations de masse contre la polio, avec des plans pour atteindre 23 millions d’enfants de moins de cinq ans dans les semaines à venir.

À l’échelle mondiale, le poliovirus sauvage n’est endémique qu’en Afghanistan et au Pakistan. La poliomyélite est hautement infectieuse et touche principalement les enfants de moins de cinq ans. Il n’existe aucun traitement contre la maladie, et elle ne peut être évitée que par la vaccination. Les enfants du monde entier restent exposés au risque de polio sauvage de type 1 tant que le virus n’est pas éradiqué de toutes les zones où il circule encore.

Gabon Matin